Communiqués

pnf-communique
 

Non au coup d’Etat catalan, premier pas dans le démembrement des Etats nations

 

Le 1er octobre 2017, le gouvernement local catalan a organisé un simulacre de référendum qui a recueilli 90 % de voix en faveur de l’indépendance. Que vaut un tel référendum lorsque seulement 42,3% des électeurs potentiels se sont déplacés pour voter.

 

Il s’agit en réalité d’un coup d’Etat qui ne dit pas son nom et qui a été mené par des politiciens en mal de pouvoir et de recherche de prébendes soustraites à la légalité de l’Etat espagnol dont, ils sont juridiquement les citoyens.

 

Les motifs de cette pseudo-consultation sont moins d’ordre culturel que dépendants de bas calculs économiques dans la mesure où les politiciens de Barcelone espèrent jalousement conserver une richesse économique supérieure à plusieurs autres régions de l’Espagne puisque la part de la Catalogne dans la richesse nationale s’élève à 20% pour seulement 16,2% de la population totale de l’Espagne.

 

Les politiciens de Barcelone se moquent de préserver l’identité catalane car ils s’alignent sur la politique de trahison qui domine en Europe occidentale : ils ne feront rien pour endiguer l’émigration extra-européenne, ils ne s’opposeront pas à la l’avortement, à la dégénérescence de la morale et des mœurs.

 

Ce coup d’Etat de fait entre en réalité dans le plan des mondialistes visant à détruire les Etats nations, appliquant en cela l’ordre lancé par Edmond de Rothschild en 1971 pour lequel « le verrou qui doit sauter, c’est la nation ».

 

Si l’entreprise de la coterie aux affaires à Barcelone réussit, cela constituera un dangereux précédent pour susciter des mouvements séditieux dans d’autres Etats d’Europe, visant ainsi à les déstabiliser tout autant que le continent européen. Ce coup de force ne sera pas arrêté par les barrières juridiques, les juges et les procureurs que le gouvernement discrédité de Mariano Rajoy mais par un sursaut salvateur des forces vives de la nation espagnole Le Parti Nationaliste Français rappelle que l’existence des nations ne se met pas aux voix et ne se négocie pas. L’Espagne est une nation qui s’est faite par le sacrifice de générations successives vivant dans ses différentes régions constitutives, telles les Asturies, la Galice, la Castille, le Leon, l’Aragon d’où est issue l’actuelle Catalogne et dont l’union, par le mariage des Rois Catholiques, Isabelle de Castille et Ferdinand d’Aragon, a fondé l’Espagne moderne. La farce électorale du 1er octobre constitue un crime contre la nation espagnole, une trahison de l’œuvre des générations des siècles passés.

 

Le Parti Nationaliste Français apporte son entier soutien à ses camarades nationalistes espagnols, une nouvelle fois en première ligne pour la défense de la civilisation chrétienne et européenne, et qui se battent pour que l’Espagne demeure Une, Grande et Libre.

Lire en intégralité

Communiqué du PNF sur les élections présidentielles 2017 – 2nd tour

Posté sous Communiqués par Rédacteur PNF 1, pas de commentaires 05 Mai

pnf-communique

Ne nous laissons pas griser par le 2e tour du 7 mai

Le premier tour de l’élection présidentielle de 2017 a placé en lice pour le second tour Emmanuel Macron et Marine Le Pen.

Ainsi donc, les mentors de leur République ont-ils atteint leur objectif qui consistait à opposer à une Marine Le Pen, jugée aisément éliminable, le représentant patenté de la banque Rothschild et du Conseil d’administration du mondialisme qu’est Emmanuel Macron, produit médiatique fabriqué à cet effet de toutes pièces, telle une marionnette.

Toutefois, il s’en est fallu de peu que Marine Le Pen frise la correctionnelle électorale et ne soit pas au second tour : à 500 000 voix près, c’étaient Fillon ou Mélenchon qui allaient en finale.

Bien que Marine Le Pen, présentée par les media comme l’incarnation de la France éternelle, soit portée par les espoirs de millions de Français qui ne veulent pas que la France meure, son résultat est fort éloigné de celui que lui promettaient les sondages.

La raison en est une absence de cohérence doctrinale conjuguée à une volonté quasi obsessionnelle de dédiabolisation et de lissage de son programme.

Sa campagne du second tour ne corrige en rien cette erreur de positionnement. Bien au contraire, elle abandonne une mesure essentielle de son programme qui est la sortie de la zone euro. Ce simple recul laisse entrevoir ce que serait sa politique si elle était élue : celle de son alignement global, à quelques mesurettes près, sur la politique voulue par les mondialistes et le judaïsme politique.

Le Parti Nationaliste Français appelle à la raison : cette élection, comme celles qui l’on précédée et celles qui la suivront, est un épiphénomène par rapport au chaos qui s’annonce.

Il n’y a pas à céder à une quelconque excitation ou sidération momentanées d’un fugace instant électoral.

Le Parti Nationaliste Français a donc décidé de conseiller à ses militants de ne pas apporter aujourd’hui, plus qu’hier ou demain, leurs suffrages à une personne qui n’a jamais cessé d’être en rupture de ban avec le nationalisme et avec la seule politique capable de redresser la France, celle de la Révolution nationale.

L’actuel régime n’est pas réformable et toute volonté de le transformer de l’intérieur est vouée à l’échec. Cette élection est moins le signe d’un rétablissement du système que celui de la poursuite de sa déstabilisation amorcée avec le rejet de la constitution européenne en mai 2005. On ne répond pas à un processus révolutionnaire avec un bulletin de vote.

Par conséquent, le seul combat politique qui vaille est de constituer l’outil politique révolutionnaire capable de rétablir la France, par la conquête de l’Etat, lorsque l’inévitable effondrement du système en place se produira.

Lire en intégralité

Communiqué du PNF sur les élections présidentielles 2017 – 1er tour

Posté sous Communiqués par Rédacteur PNF 1, 3 commentaires 22 Avr

pnf-communique

COMMUNIQUE DU PARTI NATIONALISTE FRANCAIS

Des élections pour rien

Une nouvelle fois, la France est agitée par une longue période électorale. De présidence en présidence, avec un personnel politique à qui conjugue médiocrité et trahison, leur Ve République se bloque toujours plus, la société se sclérose. Elle accumule telle une poche de gaz les rancœurs grandissantes de la part des Français de souche. Elles sont nourries par le multiculturalisme, un déclin économique et industriel dû largement à l’asphyxie d’un Etat hypertrophié et parasite, et moult problèmes internationaux et financiers.

Le parti Nationaliste Français rappelle que, plus que jamais, le système en place n’est pas réformable. L’édifice socio-politique français (mais aussi européen) est fragilisé dans ses tréfonds. Il subit des ébranlements de natures diverses qui en aggravent le mal. Qu’un Hamon, qu’un Macron, qu’un Fillon quelconque, voire une Le Pen soit élu, chacun à sa manière déstabilisera un peu plus le système parce qu’il ne touchera pas aux fondements du système. La prochaine élection, comme les précédentes, restera un événement secondaire.

Les élections sont à la fois la tare et la sauvegarde du système. Elles sont un moment de sidération mentale et instaurent un comportement pavlovien pour essayer de maintenir le peuple dans un conditionnement de soutien au système.

Aussi, le Parti Nationaliste Français recommande l’abstention. Il s’agit de l’attitude la plus utile car ce que craint le plus le régime c’est l’abstention : c’est pour lui la marque de son rejet, l’absence d’adhésion de la population.

Toutefois,  les nationalistes ne doivent pas se diviser ni se fâcher à propos des élections. Il ne s’agit pas de blâmer ceux qui veulent aller urner en pensant que cela va accélérer la chute du système. Dans ce cas, il est évidemment tactique de voter pour Le Pen dans la mesure où cela renforce le parti qui est présenté comme ennemi du système.

Le Front National fait partie du système politique. Il est utilisé par lui pour canaliser le mécontentement des Français. Marine Le Pen, du seul fait qu’elle veut se « dédiaboliser », fait le jeu du système en voulant se conformer à son magistère, celui des loges et du judaïsme politique. Elle perd ainsi toute vertu révolutionnaire (à supposer qu’elle le veuille), même si aux yeux des masses – parce que les media le présentent ainsi – elle paraît être l’ennemi du système. Or, si le Front National est le thermomètre du mécontentement populaire, il n’est pas le médecin capable de soigner la France.

Nous sommes entrés dans un processus révolutionnaire, amorcé avec le rejet de la constitution européenne en mai 2005. Mais un tel processus est très long ; il n’aboutit qu’à la suite d’une succession de crises imprévisibles, erratiques.

Aussi, la tâche des nationalistes est de constituer un outil politique révolutionnaire capable de rétablir la France, par la conquête de l’Etat, lorsque l’inévitable effondrement du système en place se produira.

Lire en intégralité

Communiqué du PNF 01 du 14/12/2016

Posté sous Communiqués par Rédacteur PNF 1, pas de commentaires 14 Déc
pnf-communique

 

LES NÔTRES AVANT LES AUTRES !

 

Par arrêté du vendredi 9 décembre, le préfet de l’Ain, M. Arnaud Cochet, a mis en demeure les 150 demandeurs d’asile d’évacuer un site occupé sans droit ni titre, en raison d’un trouble à l’ordre public. Pour rappel, 120 migrants avaient déjà été évacués de ces mêmes lieux le vendredi 14 octobre à cause de risques d’intoxications dus à leur mode de chauffage clandestin.

 

Mardi 13 décembre vers 7h30, les forces de l’ordre ont procédé à l’évacuation du squat des migrants, rue des près de Brou à Bourg-en-Bresse. Une quarantaine de policiers et CRS étaient sur place, ainsi que des militants du collectif d’aide aux demandeurs d’asile de l’Ain. 82 migrants ont été recensés, 70 ont embarqués dans des bus affrétés par l’État pour rejoindre Dortan (cité de Bellevue) et Chatillon-en-Michaille.

 

La groupe militant de L’Ain du Parti Nationaliste Français s’est rendu sur place l’après midi même. Force est de constater l’état déplorable des lieux, qui ne sont ni plus ni moins qu’une décharge à ciel ouvert ! Nous avons également été surpris de ne pas trouver les locaux fermés et vides… Bon nombres de personnes sont encore présentes sur place. Nous n’avons pas pu prendre de photos, des agents de sécurité d’une société privée nous ont prié de quitter immédiatement la zone.

 

Le Parti Nationaliste Français appelle donc Jean-François Debat, maire de Bourg-en-Bresse, à accueillir à son domicile toutes ces personnes. Car malgré de multiples interventions, rien ne change. Nous dénonçons la complicité de la mairie et du département à entretenir et reloger ces envahisseurs, toujours aux frais du contribuable, donc du peuple français. M. Debat, de nombreuses familles françaises sont dans le besoin et mériteraient votre attention !

 

Quand à ce « collectif solidarité migrants », il n’est autre que le centre culturel islamique de Bourg-en-Bresse, qui profite de cette situation pour faire des appels aux dons à déposer à la mosquée El Mouhsinine, 29 rue de la croix blanche. Tous les moyens de prendre l’argent des français en les apitoyant sur le sort des malheureux migrants sont bons à prendre!

 

L’État continue donc son projet de grand remplacement. Dans l’Ain comme partout ailleurs, leur république dépouille les Français de souche au profit des envahisseurs. Ils veulent en finir avec la France, ils veulent l’écroulement des nations et la disparition de la race blanche avec leur propagande de métissage et de multiculturalisme.

 

Nous dénonçons cette soumission mortifère ! Car nous devons être, nous Français non reniés, maîtres chez nous ! A bas leur république et vive la révolution nationale qui délivrera les Français !

 

CONTACTER LE PNF 01 :

 

FACEBOOKTWITTERCOURRIEL

Lire en intégralité

Communiqué des Caryatides sur le délit d’entrave à l’IVG

Posté sous Communiqués par Rédacteur PNF 1, pas de commentaires 07 Déc

caryatides-pub

 

DÉLIT D’ENTRAVE A l’IVG

LA CULTURE DE MORT FRAPPE UNE NOUVELLE FOIS

 

Le système en place, en la personne de François Hollande, (quelques heures avant l’annonce de son futur départ) nous laisse une loi effroyable :

 

L’Assemblée nationale a adopté, jeudi 1er décembre 2016, en première lecture, la proposition de loi socialiste visant à pénaliser les sites de « désinformation » sur l’IVG. Marisol Touraine prétend que le délit d’entrave, « c’est de tromper intentionnellement des femmes » et « de se servir de ces sites pour les dissuader d’avorter ». Cette déclaration choquante et provocatrice ne peut laisser quiconque indifférent. C’est pourquoi, les Caryatides s’élèvent vigoureusement contre cette dictature de la pensée. Depuis quand l’opposition est devenue un délit d’entrave si ce n’est dans un état totalitaire ?

 

Les sites pro-vie véhiculent-ils vraiment des informations fausses ? Exercent-ils vraiment une pression psychologique sur les femmes enceintes en quête de réponses ? Où sont les preuves, les témoignages ? Cette accusation ne serait- elle pas plutôt une manière déguisée et totalitaire de d’amputer encore un peu plus la liberté d’expression des opposants au système et de ceux qui combattent pour la vie et la loi naturelle ?

 

Nous avons tous des opinions ; nous avons tous le droit de les présenter et d’en discuter avec les autres. N’est-ce pas ce que nous rabâchent les défenseurs trois points du « Sacrosaint » « Droit à la liberté de penser » ? Ce droit existe aussi pour les personnes essayant de montrer la réalité, c’est-à-dire le drame qu’est un avortement et ses conséquences. Le Pr. Nisand lui-même qui a été rédacteur de la loi Aubry supprimant la notion de détresse pour avorter et surtout augmentant les délais pour avoir recours à l’IVG, a déclaré très récemment que c’était un « drame qui ne dit pas son nom ». Et pourtant, la loi votée le 1er décembre 2016 veut faire taire ceux qui informent, abandonnant ainsi les femmes à leur souffrance, les empêchant de choisir entre la vie et la mort de l’enfant qu’elles portent.

 

Le mantra (l’incantation) « la femme a le droit de disposer de son corps », veut faire oublier qu’une maman détruit en elle un petit être humain qui est unique et appartient pour moitié à celui qui l’a conçu. Dans son corps il y a bien un autre être humain vivant. Contrairement à ce que laissent à penser certaines personnes qui osent répéter ce même refrain : « Nous, au Planning, on pense que ce n’est pas un enfant tant qu’on ne désire pas poursuivre la grossesse ». Voilà à quel degré d’illogisme et d’aberrations ces gens en sont arrivés ! Cela revient à affirmer qu’un arbre n’est un arbre que lorsque que j’ai décidé que cela en sera un. La culture de mort n’hésite pas à nier la réalité intangible.

 

De son côté, l’opinion publique se mobilise contre l’abattoir qui tue les mères gestantes portant un veau. On pleure le veau mais on ne pleure pas l’enfant découpé dans le sein maternel. Avorter une femme est une gloire. Force est donnée à cette hargne de tuer, de tuer toujours plus, avec une loi inique qui est en passe d’être prise et qui va accélérer de manière terrible le massacre des enfants non nés.

 

Conjointement « au nom de l’information », la loi laisse sévir les sites terroristes djihadistes propageant des idéologies de mort aboutissant à des massacres. Curieux paradoxe. Ceux qui sauvent des vies naissantes sont pourchassés et ceux qui provoquent des massacres voient leurs sites continuer leur œuvre de mort. En outre, les voyous auteurs de délits nombreux et graves courent les rues, se moquant des condamnations. Telle est la phase ultime de la culture de mort : tuer les innocents et laisser courir les assassins.

 

  • Les Caryatides souhaitent, donc, faire connaître leur totale et entière opposition à cette loi inique, et continuent d’être aux côtés de ceux qui ne veulent pas que la Vérité soit cachée !
  •  

  • Les Caryatides persistent à dire avec l’appui des scientifiques qu’un embryon et encore plus un fœtus sont des Êtres humains.
  •  

  • Les Caryatides mettront tout en œuvre pour faire savoir qu’un embryon vit dès l’instant de sa fécondation ; il est très vite connecté au monde qui l’entoure par son système nerveux et il peut ressentir, souffrir (5semaines in utero) ce qu’il subit au même titre qu’une personne mise au monde.

 

Alors libre à la maman de prendre sa douloureuse ou joyeuse décision ; mais l’information ne doit pas être spoliée ! Les futures générations jugeront avec sévérité ceux qui vendent leur âme en échange de la culture de mort et de l’anti France : car ils se rendent complices du « grand remplacement ». La loi qui s’apprête à être votée par le Sénat est véritablement totalitaire et liberticide.

 

Que fleurisse notre joie, fidèles au poste !

 

Les Caryatides

Lire en intégralité

« Page suivante Page précédente »

Abonnez-vous au site !

Rejoignez les 187 autres abonnés