Ile d’Yeu : Journées d’hommage au Maréchal Pétain (22 et 23/07/2017)

22-23-07-2017-yeu

Dijon : Conférence de Roberto Fiorini (10/06/2017)

431808689_55046

Communiqué du PNF sur les élections présidentielles 2017 – 2nd tour

pnf-communique

Ne nous laissons pas griser par le 2e tour du 7 mai

Le premier tour de l’élection présidentielle de 2017 a placé en lice pour le second tour Emmanuel Macron et Marine Le Pen.

Ainsi donc, les mentors de leur République ont-ils atteint leur objectif qui consistait à opposer à une Marine Le Pen, jugée aisément éliminable, le représentant patenté de la banque Rothschild et du Conseil d’administration du mondialisme qu’est Emmanuel Macron, produit médiatique fabriqué à cet effet de toutes pièces, telle une marionnette.

Toutefois, il s’en est fallu de peu que Marine Le Pen frise la correctionnelle électorale et ne soit pas au second tour : à 500 000 voix près, c’étaient Fillon ou Mélenchon qui allaient en finale.

Bien que Marine Le Pen, présentée par les media comme l’incarnation de la France éternelle, soit portée par les espoirs de millions de Français qui ne veulent pas que la France meure, son résultat est fort éloigné de celui que lui promettaient les sondages.

La raison en est une absence de cohérence doctrinale conjuguée à une volonté quasi obsessionnelle de dédiabolisation et de lissage de son programme.

Sa campagne du second tour ne corrige en rien cette erreur de positionnement. Bien au contraire, elle abandonne une mesure essentielle de son programme qui est la sortie de la zone euro. Ce simple recul laisse entrevoir ce que serait sa politique si elle était élue : celle de son alignement global, à quelques mesurettes près, sur la politique voulue par les mondialistes et le judaïsme politique.

Le Parti Nationaliste Français appelle à la raison : cette élection, comme celles qui l’on précédée et celles qui la suivront, est un épiphénomène par rapport au chaos qui s’annonce.

Il n’y a pas à céder à une quelconque excitation ou sidération momentanées d’un fugace instant électoral.

Le Parti Nationaliste Français a donc décidé de conseiller à ses militants de ne pas apporter aujourd’hui, plus qu’hier ou demain, leurs suffrages à une personne qui n’a jamais cessé d’être en rupture de ban avec le nationalisme et avec la seule politique capable de redresser la France, celle de la Révolution nationale.

L’actuel régime n’est pas réformable et toute volonté de le transformer de l’intérieur est vouée à l’échec. Cette élection est moins le signe d’un rétablissement du système que celui de la poursuite de sa déstabilisation amorcée avec le rejet de la constitution européenne en mai 2005. On ne répond pas à un processus révolutionnaire avec un bulletin de vote.

Par conséquent, le seul combat politique qui vaille est de constituer l’outil politique révolutionnaire capable de rétablir la France, par la conquête de l’Etat, lorsque l’inévitable effondrement du système en place se produira.

Communiqué du PNF sur les élections présidentielles 2017 – 1er tour

pnf-communique

COMMUNIQUE DU PARTI NATIONALISTE FRANCAIS

Des élections pour rien

Une nouvelle fois, la France est agitée par une longue période électorale. De présidence en présidence, avec un personnel politique à qui conjugue médiocrité et trahison, leur Ve République se bloque toujours plus, la société se sclérose. Elle accumule telle une poche de gaz les rancœurs grandissantes de la part des Français de souche. Elles sont nourries par le multiculturalisme, un déclin économique et industriel dû largement à l’asphyxie d’un Etat hypertrophié et parasite, et moult problèmes internationaux et financiers.

Le parti Nationaliste Français rappelle que, plus que jamais, le système en place n’est pas réformable. L’édifice socio-politique français (mais aussi européen) est fragilisé dans ses tréfonds. Il subit des ébranlements de natures diverses qui en aggravent le mal. Qu’un Hamon, qu’un Macron, qu’un Fillon quelconque, voire une Le Pen soit élu, chacun à sa manière déstabilisera un peu plus le système parce qu’il ne touchera pas aux fondements du système. La prochaine élection, comme les précédentes, restera un événement secondaire.

Les élections sont à la fois la tare et la sauvegarde du système. Elles sont un moment de sidération mentale et instaurent un comportement pavlovien pour essayer de maintenir le peuple dans un conditionnement de soutien au système.

Aussi, le Parti Nationaliste Français recommande l’abstention. Il s’agit de l’attitude la plus utile car ce que craint le plus le régime c’est l’abstention : c’est pour lui la marque de son rejet, l’absence d’adhésion de la population.

Toutefois,  les nationalistes ne doivent pas se diviser ni se fâcher à propos des élections. Il ne s’agit pas de blâmer ceux qui veulent aller urner en pensant que cela va accélérer la chute du système. Dans ce cas, il est évidemment tactique de voter pour Le Pen dans la mesure où cela renforce le parti qui est présenté comme ennemi du système.

Le Front National fait partie du système politique. Il est utilisé par lui pour canaliser le mécontentement des Français. Marine Le Pen, du seul fait qu’elle veut se « dédiaboliser », fait le jeu du système en voulant se conformer à son magistère, celui des loges et du judaïsme politique. Elle perd ainsi toute vertu révolutionnaire (à supposer qu’elle le veuille), même si aux yeux des masses – parce que les media le présentent ainsi – elle paraît être l’ennemi du système. Or, si le Front National est le thermomètre du mécontentement populaire, il n’est pas le médecin capable de soigner la France.

Nous sommes entrés dans un processus révolutionnaire, amorcé avec le rejet de la constitution européenne en mai 2005. Mais un tel processus est très long ; il n’aboutit qu’à la suite d’une succession de crises imprévisibles, erratiques.

Aussi, la tâche des nationalistes est de constituer un outil politique révolutionnaire capable de rétablir la France, par la conquête de l’Etat, lorsque l’inévitable effondrement du système en place se produira.

Dijon : Compte-rendu de la conférence du 1er avril 2017 !

DSC_0280

 

Le samedi 1er avril 2017, le Parti Nationaliste Français de Bourgogne et le rassemblement unitaire Bourgogne Nationaliste avaient la chance d’accueillir le fameux avocat nationaliste et membre du Présidium du PNF Pierre-Marie Bonneau, pour une conférence sur la bonne conduite du militant face à la répression du système contre notre courant de pensée !

 

DSC_0297

 

Au terme d’environ une heure d’exposé fort instructif, une séance de questions permit à l’assemblée d’obtenir toutes les réponses et éclaircissements souhaités, aussi bien sur des aspects génériques de la répression que sur des cas concrets et réels, faisant de cette réunion un moment de formation juridique unanimement apprécié !

 

DSC_0336

 

Enfin, la soirée se prolongea, comme le veut désormais notre petite tradition locale, par un repas très convivial partagé avec le conférencier !

 

photo_2017-04-10_20-46-38

 

Le PNF Bourgogne et Bourgogne Nationaliste vous donnent dés maintenant rendez-vous pour leur prochaine conférence bimestrielle dijonnaise, qui aura lieu le samedi 3 juin à 18h30 et à l’occasion de laquelle nous recevrons Roberto Fiorini, secrétaire général de Terre et Peuple et délégué syndical, qui nous parlera des possibilités d’action des nationalistes dans ce domaine trop souvent délaissé !

Paris : 13 et 14 mai 2017 : deux journées d’exception !

forum-europe-2017

hommage-jeanne-2017

Les premières journées culturelles et militantes du PNF Auvergne dans la presse locale !

Article issus du journal La Montagne ! Cliquez sur les photos pour les agrandir !

 

article-la-montagne-2

Sur la réunion publique du 18 mars.

article-la-montagne-1

Mention de notre contre-manifestation.

Vidéo : Allocution de François Veyret à Issoire, le 19 mars 2017

Enregistrement de l’allocution prononcée par François Veyret, membre du Présidium du Parti Nationaliste Français, à Issoire le 19 mars 2017, à l’occasion de la contre-manifestation organisée par le PNF Auvergne, lors de ses 1ères journées culturelles et militantes !

PNF AUVERGNE - JOURNEES CULTURELLES MARS 2017 VERSION 2

Compte-rendu des 1ères journées culturelles et militantes du PNF Auvergne

PNF AUVERGNE - JOURNEES CULTURELLES MARS 2017 VERSION 2Ce sont les samedi 18 mars et dimanche 19 mars 2017 que se tinrent à Issoire, dans le Puy-de-Dôme, les premières journées culturelles et militantes auvergnates du Parti Nationaliste Français, sous la houlette de son Chef de groupe régional !

 

En effet, ces deux belles journées furent autant culturelles que militantes, puisque s’entremêlèrent lors de leur déroulement visites de monuments ou de sites historiques, activité politique et action militante, ainsi que gastronomie locale traditionnelle et, bien sûr, camaraderie nationaliste !

 

Ces deux jours débutèrent donc le samedi après-midi par une promenade dans la vieille ville d’Issoire, aux côtés de son conseiller municipal PNF et candidat nationaliste aux élections législatives 2017, Dominique Morel, qui se prolongea par la visite de l’abbatiale Saint Austremoine, véritable chef d’œuvre d’art roman du XIIème siècle, qui impressionna fortement les participants !

 

18 mars 2017 004

 

Ensuite, vint l’aspect militant de cette première journée avec la tenue d’une réunion publique ouverte à tous ou l’élu local et candidat du Parti Nationaliste Français pour la IVème circonscription du Puy-de-Dôme, lança sa campagne devant la presse locale, épaulé par deux membre du Présidium du PNF !

 

18 mars 2017 018

 

En l’occurrence ce furent l’avocat nationaliste Pierre-Marie Bonneau – qui fit un savant rappel des origines militantes et philosophiques de notre nationalisme et de la situation des nationalistes face à la répression en France et en Europe – et Eugène Lacombe – qui explicita la position du PNF face aux questions électorales et démocratiques, permettant à l’assemblée de mieux saisir le positionnement de notre mouvement et le sens de cette candidature – qui s’exprimèrent à la tribune avant lui. Enfin, le candidat et élu local Dominique Morel se lança dans un vibrant discours aux accents radicaux qui fit forte impression au public de militants, de sympathisants et d’issoiriens curieux présents ! Suivirent pendant plusieurs dizaines de minutes un échange intéressant au travers de questions-réponses ou les cadres du Parti présent levèrent toutes les ambiguïtés sur la doctrine et la méthode du PNF.

 

18 mars 2017 028

 

Enfin, la journée se conclut par un buffet campagnard suivi d’une soirée conviviale qui mêla anciens et nouveaux, tandis que les chants traditionnels nationalistes et militaires s’élevèrent jusqu’à tard dans la nuit !

 

18 mars 2017 050

 

Le lendemain, les militants et sympathisants du PNF Auvergne se donnèrent de nouveau rendez-vous à Issoire, place Altaroche, pour une contre-manifestation silencieuse à la cérémonie officielle du 19 mars. Là, face à l’hostilité des officiels de leur république, aux têtes chenues de la FNACA et aux forces répressives du système, les nationalistes arborèrent dans la dignité banderoles et pancartes aux slogans bien sentis et évocateurs pour dénoncer encore et toujours la trahison gaulliste du 19 mars et son inique commémoration officielle. Puis, une fois la cérémonie terminée, ils écoutèrent attentivement l’intervention de François Veyret – lui aussi membre du Présidium du PNF – qui fit un utile rapport historique et politique sur le 19 mars, cette fausse fin de la guerre d’Algérie (vidéo à venir), avant que la contre-manifestation ne se conclusse par le chant des nationalistes et aux cris de « Qui vive ? France ! ».

 

19 mars 2017 005

 

Le groupe reprit ensuite la route pour se rendre dans un petit restaurant des environs, ou les attendait un délicieux repas traditionnel auvergnat !

 

19 mars 2017 033

 

Avant de poursuivre cette journée sur le site de Gergovie – une des batailles principales de la Guerre des Gaules qui vit les forces gauloises rassemblées sous la conduite de Vercingétorix repousser victorieusement les assauts des légions romaines de Jules César – ou s’achevèrent ces deux jours d’action, de camaraderie et de terroir, après une séance de photos-souvenir au pied du monument commémoratif de Jean Teillard, surmonté d’un casque gaulois, ou chacun put méditer cette phrase attribuée à Vercingétorix : « La Gaule unie, formant une seule nation, animée d’un même esprit, peut défier l’univers », avant de se séparer dans la bonne humeur et de se donner d’ores et déjà rendez-vous l’année prochaine pour la seconde édition de ces journées !

 

19 mars 2017 046-b

Compte-rendu de la délégation française en Bulgarie – Février 2017

Compte-rendu de la délégation française PNF et JEUNE NATION en Bulgarie pour la Lukovmarch 2017 !

 

 

Du 17 au 21 février 2017, une forte délégation du PARTI NATIONALISTE FRANÇAIS et du journal JEUNE NATION, menée par notre ami Yvan BENEDETTI, respectivement porte-parole du premier et directeur du second, a répondu à l’invitation de nos camarades de l’UNION NATIONALE BULGARE et est venue honorer la mémoire du général Hristo LUKOV dans les rues de Sofia.

 

Après une soirée, le vendredi, de franche camaraderie aux côtés de nos amis bulgares mais aussi hongrois, croates, allemands, scandinaves, nous avons pu, le samedi matin, visiter le superbe musée militaire de Sofia, où sont exposées les gloires des guerriers de ces confins de l’Europe, de l’antique Thrace aux deux conflits mondiaux du XXème siècle, en passant par les longues et héroïques années de lutte contre le joug ottoman.

 

 

Notre seul regret fut de ne pas y trouver à la juste place le portait du Général Hristo LUKOV, restaurateur de l’armée bulgare mutilée par les clauses du traité de NEUILLY, qu’il conduisit à marche forcée à un niveau de technicité et d’efficacité digne de celui de ses voisines européennes, après sa nomination, le 23 novembre 1935, au poste de Ministre de la guerre, qu’il occupa jusqu’au 4 janvier 1938.

 

Le samedi, en fin d’après-midi, nous pûmes prendre notre place, aux côtés de nos camarades européens, dans cet immense cortège aux flambeaux qui traversa SOFIA, en l’honneur du Général LUKOV, du Palais National de la Culture (NDK) à la maison devant laquelle le héros tomba, le 13 FEVRIER 1943, sous les balles bolcheviques de l’infâme Violeta JACOB.
 
Lire la suite sur : Jeune Nation